Her – Sophie Auger

her.jpg

« Her« , est l’équivalent masculin de « Him« , roman écrit par la même auteur, Sophie Auger, publié il y a un presque trois ans chez Nisha Éditions (l’un comme l’autre, si tu as bien suivi). À l’époque, j’avais énormément aimé « Him », alors je me suis empressé de lire son homologue.

Dans « Her », nous retrouvons nos amoureux au même point de départ, Serge vient de revenir à Dijon après des années passées en Suisse pour son travail. Il retrouve sa fille, qu’il a très peu vu au cours des dernières années, et revoit (presque) accidentellement celle qui a fait chavirer son cœur il y a 8 ans, celle qu’il n’a jamais pu oublier. Léa.

Léa, 26 ans, fleuriste, colocataire de Céleste, meilleure amie d’enfance de Benjamin et Marie. Marie qui se trouve être la fille de Serge, beau gosse de 42 ans, homme d’affaire sexy qui passe ses week-ends à faire la fête et ses nuits à passer du bon temps en compagnie des femmes les plus belles du globe.

Comme le disait Blaise Pascal, « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. ». Alors quand on tombe amoureux, dur, dur d’être raisonnable. C’est ce que va ressentir Serge tout le long du roman. Il aime Léa, il la veut, elle l’obsède, mais il ne veut pas faire souffrir sa fille et craint également de retomber dans ses vieux démons. Serge, malgré ses bonnes résolutions, sait parfois être un enfoiré de première, et la pauvre Léa va en voir de toutes les couleurs.

C’était un vrai plaisir de retrouver tous les personnages de « Him ». Benjamin, le meilleur ami gay qui est de toutes les confidences, Céleste, extraverti, affriolante au possible, mais qui cache un lourd passé, Marie, la petite fille sage, meilleure amie de Léa et fille de Serge, sans oublier toutes les belles plantes qui ont partagés les nuits de Serge, jusqu’à la plus diabolique…

Sophie Auger nous emmène dans un tourbillon d’émotion et bouleverse les codes. « Her », est extrêmement rapide à lire, avec une pointe d’humour parfaitement trouvé. L’auteur sait manier les mots et les sentiments avec minutie. Elle nous transporte avec facilité, l’histoire est fluide, on voudrait ne jamais la terminer. La fin du roman nous surprend, nous attriste et ce pincement au cœur ne va pas nous lâcher jusqu’au véritable dénouement.

J’ai toujours été une grande fan de l’auteur, Sophie Auger, de son travail, mais aussi de sa personnalité: adepte de la campagne et des animaux en tout genre (comme l’atteste son compte instagram). Sophie Auger, c’est aussi une plume sensible, tendre, mais également incisive et piquante. Une plume qui a fait rêver et pleurer bien des lecteurs avec ses nombreux romans, qui continue avec « Her », et bientôt avec son nouveau roman « Quand le vent caresse mes cheveux », qui sortira, le 5 juillet, aux Éditions Déliées.

Bon courage pour la suite, Sophie. Le monde de la romance va vous regretter, mais c’est une nouvelle chance qui s’offre à vous, et une nouvelle aventure que j’aurais plaisir à suivre et à découvrir. Alors merci pour ces heures pleines de rires et de larmes à lire vos romans. Merci pour tout ça.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s